Une fois n'est pas coutume j'ai décidé de faire un bilan cinéma du mois ! Je suis donc partie à la découverte d'un réalisateur : Wong Kar Wai dont j'avais déjà vu l'éblouissant In the mood for love.

Eblouissant !


A la fin du premier siècle après JC, à Arles, Vitalis, un citoyen romain, tailleur de pierre, se perd peu à peu dans ses vices que sont les jeux de hasard et la boisson. Plusieurs fois renvoyé, il finit par se retrouver couvert de dettes et sans personne qui veuille de lui pour lui offrir du travail, sa réputation l'ayant précédé.

Un homme d'une cinquantaine d'année est retrouvé sur une plage. Totalement délirant, il est conduit dans une clinique spécialisée. Les médecins émettent l'hypothèse d'une schizophrénie tardive accompagnée de troubles compulsifs obsessionnels à orientation monothématique.

C'est avec joie que je me suis replongée dans la vie de Miriam Katin. Après avoir découvert son enfance de petite fille juive de trois ans dans une Hongrie envahie par les nazis, à la fin de la seconde guerre mondiale dans l'excellent album : Seules contre tous.

Les témoignages sur la seconde guerre mondiale ne sont pas courants dans le monde de la Bande Dessinée alors que les récits de guerre ne manque pas. Il y a bien sûr le célébrissime Maus mais rare sont les témoignages de femmes durant cette période. Miriam Katin avait trois ans à la fin de la guerre et c'est avec une grande justesse qu'elle nous livre grâce au témoignage de sa mère ce qu'elles ont affronté pour survivre.

Le bestseller de l'été 2013 aux Etats-Unis est arrivé dans ma boîte aux lettres en avant première. En lisant la fiche accompagnatrice, j'ai appris qu'il était resté en tête des ventes du New York Times pendant plus de 70 semaines entre les livres de  JK Rowling et Fifty Shades of Grey.

Voilà une chronique sociale, présentée sous forme de dyptique, qui m'a fait un bien fou. Lu pendant les vacances, elle m'a fait l'effet d'une douce caresse et d'un voyage en Italie salutaire ... Le fait d'avoir lu juste avant des BD un peu sombres que je ne chroniquerai pas par manque de temps et manque d'intérêt pour désirer les partager avec vous , y est peut être pour quelque chose. J'avais besoin de quelque chose de doux et de frais ...

Je débute bien l'année puisque pour ma première lecture de littérature de jeunesse, j'ai droit à un énorme coup de cœur ! Ce livre me touche particulièrement, il est vrai pour des raisons personnelles car c'est l'histoire souvent méconnue de ma région d'origine, mais pas seulement. L'auteur a réussi à transmettre les sentiments qui ont été ceux d'un grand nombre de " Malgré nous" ...
Blogueur convivial

Me voilà taguée par Mo pour ma bavardise qui chez elle est une qualité. Mais oui Msieur ! Elle m'a donc décernée la Palme de la convivialité et m'autorise à désigner 10 blogueurs que je considère comme conviviaux, sympathiques, ...

Je m'étais promis pour cette nouvelle année de lire un peu plus de classiques et le théâtre me tentait beaucoup. J'ai donc commencé avec une pièce ô combien connue d'Alfred Jarry : Ubu roi et bien m'en a pris.