Editeur : Flammarion - Date de parution :  Août 2004 - 211 pages

La fascination du pire est le premier livre que je lis de Florian Zeller dont on parle en termes souvent élogieux.

L'histoire :

Un jeune écrivain français part en voyage au Caire suite à une invitation pour une rencontre littéraire. Dans l'avion il se retrouve au côté d'un autre écrivain, personnage trouble dont l'unique préoccupation semble être d'assouvir ses désirs sexuels. Seulement, les femmes islamistes ne sont plus celles décrites dans les correspondances de Flaubert et Millet, rejeté par les prostitués elles-même, il va conduire toute sa petite équipe à la poursuite de sa quête qui s'avère bien différente de celle qu'on imaginait ...

Que sait-on de L'Islam ?

L'art de cet écrivain est de savoir noyer le poisson. On retrouve beaucoup des stéréotypes en cours sur l'islam. En effet, l'auteur brosse un portrait particulièrement sombre sur les musulmans jusqu'à une volte face brutal le dédouanant totalement. Il nage en permanence entre fiction et réalité. Nous laissant nous faire notre propre idée de ce qu'il en est. J'ignore si il a volontairement choisi un sujet polémique mais même si il nous donne une belle leçon sur le pouvoir des mots je regrette d'avoir vu des théories aussi ridicules (la violence des islamistes provient de leur frustration sexuelle) côtoyer de si beaux passages sur la solitude, le couple et la famille dans notre société.

Je note l'originalité dont il a su faire preuve mais je reste déçue par cette fin. C'est sympa le coup du manipulateur manipulé ça crée un peu de suspense mais je crois que cet écrivain gagnerait plus en évitant les effets de style, la polémique et en nous livrant un peu plus de lui même !

Lu également dans le cadre de ma participation au challenge : "A tous Prix" chez Laure

A tous prix





J'ai choisi cette BD totalement au hasard à la bibliothèque car il y avait un coeur indiquant qu'elle avait été un coup de coeur en 2007. Bien m'en a pris, cette bande dessinée, a obtenu, en 2006, le Prix de  l'Eisner Award du meilleur album est un bijou !


A tous prix

Voilà un challenge que j'ai trouvé intéressant chez notre Laure nationale. Il consiste à lire des livres qui ont reçu un Prix, quel que soit le Prix, du plus prestigieux au plus modeste. La seule chose à retenir c'est que c'est le livre primé qui compte, pas l'auteur.
Editeur : Sonatine - Date de parution : Août 2012 -  573 pages

Enfin un coup de coeur !! Je viens de lire un livre qui m'a totalement envoûtée  séduite, prise au piège provoquant en moi une alternance de sensations particulièrement prenantes. Oui, je me suis sentie manipulée, trahie, en colère, émue, ...

Comme je me l'étais promis, je poursuis ma découverte de l'univers de Bilal avec cet album qui fait suite à son Animal'z.

Dans un univers apocalyptique suite à un dérèglement climatique, Lawrence, un ancien aumônier de l'armée au volant de sa voiture, tombe sur deux jeunes hommes déshydratés  Roem et son ami Merk. Après les avoir secouru, il les engage à le suivre dans ce qui reste d'un hôtel où ils feront la connaissance d'une famille survivante et d'un homme étrange, Paris. Roem et Julie vont succomber au premier regard mais très vite les tensions qui regnent entre les deux clans seront un obstacle à leur amour naissant. On comprend vite au travers des différents protagoniste que c'est la célèbre pièce de Shakespeare qui se rejoue là, Roméo et Juliette. Le tout est de savoir si le destin de Julia et Roem est scellé et leur fin aussi dramatique ...




J'ai enfin ouvert un livre de cet auteur très connu des fans de bandes dessinées : Enki Bilal mais comme je le dit souvent je découvre encore ce genre. Donc me voilà fière devant cette couverture à l'illustration magnifique, persuadée que je suis, de passer un bon moment car en le feuilletant j'avais trouvé les dessins véritablement somptueux ...

Pour la petite histoire, dans un futur qui semble proche, le climat s'est déréglé et les humains vivent difficilement dans des zones dévastées dans lesquelles des comportements nihilistes se sont développés. Un groupe d'humains ayant en quelque sorte muté et ayant développé de nouvelles capacités, part à la recherche d'une zone dans laquelle réside l'espoir d'une vie meilleure ...

Alors je ne sais pas si pour découvrir Bilal j'ai bien fait de commencer par ce livre car autant j'ai été totalement séduite par son graphisme autant j'ai trouvé le scénario plus que léger. En ce qui concerne le graphisme, l'utilisation du noir, du blanc, du bleu et quelques touches de rouge permet de contribuer à la mise en scène de cet univers froid, sombre et dangereux. Son coup de crayon est absolument magnifique ; j'ai rarement vu des personnages de bande dessinée autant magnifiés.

Seulement voilà, j'ai un peu passé l'âge de me contenter de livres d'images, même si je conçois que ça peut être très plaisant, j'ai besoin de plus et notamment d'un scénario qui tienne la route. Mais oui monsieur Bilal il ne suffit pas de jeter quelques citations de Nietzsche ou Camus par ci ou par là pour faire un scénario qui se tienne. Vous devez commencer à sentir ma frustration et elle est à la hauteur de l'attente que j'en avais vu la réputation du monsieur. Histoire d'enfoncer un peu le clou et vous m'en voyez désolée mais je ne peux pas ne pas aller jusqu'au bout : ce scénario manque d'originalité et je n'ai pas aimé cette impression de déjà vu que j'ai ressenti durant toute cette "lecture".

Je ne renonce pas pour autant j'ai un autre album de lui qui m'attend et semble un peu plus prometteur !!

-------------------------------------------------------

Date de parution09/03/2009
EditeurBilal Casterman
Nombre de pages104


Co éditeur : De Fallois / Age d(Homme - Date de parution :  septembre 2012 -  670 pages

Cela fait des années que je n'avais pas lu de Polar (même si certaines de mes BD entrent dans ce genre). Après avoir autant entendu parlé de ce livre je me disais que quite à renouer avec ce genre littéraire autant le faire de la meilleure façon qui soit et ce livre ayant reçu le fameux prix Goncourt des lycéens je ne pouvais pas trop me tromper.

Je ne connaissais pas Véronique Olmi et c'est donc avec enthousiasme que je me suis penchée sur ce que je m'imaginais être une histoire d'amour.

"Et ce jour-là déjà, j'avais rencontré Serge. C'est étrange comme il suffit d'un rien pour qu'une vie se désaccorde, elle aussi, que notre existence, tellement unique, si précieuse, perde son harmonie et sa valeur."


C'est dans le silence que naît l'histoire. Un lapin est poursuivi dans la forêt par un loup sur une pente enneigée  de montagne lorsqu'un homme apparaît. Soudain, l'homme se tourne, horrifié, un cri puis plus rien. Commence alors le chapitre 1, sous la neige une voiture s'approche du village et un homme s'arrête au café hôtel  C'est avec suspicion qu'est accueilli notre homme qui constate que chaque client est armé.
Parce qu'un bilan s'impose, je constate que j'ai eu la chance d'avoir de grands coups de coeur livresques durant l'année écoulée. Espérons que l'année 2013 soit aussi riche en moments intenses !!

Commençant par mes coups de coeur BD :



Voilà une série dont je tenais à vous parler car elle est l'une des rares à m'avoir conquise, scotchée et totalement envoutée. Inspiré d'une série Israélienne,  elle interroge les américains sur leur psychose du terrorisme. Elle est également le grand vainqueur des Emmy Awards 2012 : meilleure série dramatique, meilleure actrice, meilleur acteur.
Edition : J C Lattès - Février  2012 -  186 pages

Après maintes lectures de critiques positives de ce livre, je me suis enfin lancée. Il attendait dans ma PAL depuis cet été et c'est un ami, qui parce qu'il l'avait lu en une soirée, m'a convaincu de ne plus attendre ! ;-)

Jocelyne est une femme simple et gentille, mercière de son état à Arras et marié à Jocelyn (Non vous ne rêvez pas !). Ce qu'elle aime par dessus tout c'est faire plaisir.



J'ai profité de ces vacances pour lire, non, dévorer les 6 albums de cette saga. Une BD intéressante car elle se déroule au XIX siècle et offre des personnages à la psychologie particulièrement approfondie.

A la veille de la Révolution de 1848, Hugo Sambre patriarche de la famille meurt laissant son manuscrit : "La guerre des yeux" inachevé. Ce même Jour, son fils Bernard rencontre Julie dont il tombe éperdument amoureux mais réveille dans le même temps la malédiction sur sa famille. Peu de temps après, la mère de Bernard est assassinée par sa propre fille, Sarah, qui n'hésite pas à accuser Julie. Recherchée, elle s'enfuit à Paris chercher du réconfort auprès de son père laissant à Bernard un message : Je sais que tu viendras. Bernard dans son élan finit par la retrouver mais pour la reperdre aussitôt. Le destin s'acharnant à séparer ces deux êtres.



Ce qui m'a plu dans cette saga (en vraie fille que je suis !) c'est l'histoire d'amour tragique entre les deux héros.  Une tragédie qui se construit autour d'une malédiction familiale. Du romantisme à l'état pur celui qui fait rêver, l'amour qui dure toujours et lie à jamais deux êtres. L'un des albums s'intitulent d'ailleurs : Plus ne m'est rien qui est une phrase trouvée dans la correspondance entre Musset et Sand. On peut aussi parler d'un romantisme noir entouré de sang, de mort, de cimetière, ...



Et que dire des personnages. Profonds, sombres, tout en nuances. Julie est très déstabilisante, elle semble faite de multiples contradictions qui la rende particulièrement humaine.

Sambre

Editeur : Albin Michel - 1999 - 159 pages

Ce livre qu'on m'a offert est arrivé à point nommé. Je venais de finir : Le Diable tout le temps et ces nouveaux mots m'ont fait l'effet d'une douce caresse !

Le narrateur n'a que 4 ans. Un dimanche, son père ne le ramène pas chez sa mère. La mort de celle-ci est prétextée mais on ne sait si elle est vraie, l'enfant en tout cas n'y croit pas vraiment, il pressent les choses et cela ne peut être réel. C'est une fuite en avant qui les lancent tous deux sur les routes de France pour retrouver des endroits chers au coeur de ce père un peu déboussolé avant qu'ils ne s'envolent pour une île lointaine, à côté d'un lagon où viennent naître les baleines. Une longue fugue qui se transforme en voyage merveilleux.

Editeur : Gallimard jeunesse - Illustrer par O Tallec - Avril 2006

Que voilà une belle surprise ! Rita est une petite fille pétillante et Machin, son chien, qui adore s'ennuyer et dormir. Autant dire que le duo est décoiffant entre la tornade et la boule de poils !

Aujourd'hui c'est dimanche. Il pleut. Impossible de mettre le bout du nez dehors ... Que faire quand on s'ennuie à la maison avec un chien qui dort tout le temps ? "
Tout d'abord un grand merci à Hérisson pour l'organisation de ce swap et une belle et heureuse année à elle, à tous les participants et ceux qui passeront par là .... Ma binômette de choc était Drawoua, qui pour son premier swap, a su tomber juste !

Je ne vous fais pas languir plus longtemps !!




Intriguée par l’article de la revue : Lire dans lequel on pouvait lire que ce livre était le meilleur de l’année 2012, je m’y suis donc plongée histoire de voir de quoi il en retournait. Effectivement, comme il est écrit dans le Washington Post :

« Voici un livre violent, obsédant, déchirant et vraiment excellent. Une chose est certaine : vous lirez chaque mot, du premier au dernier. »
Comment résister au musée Pompidou à Metz  ? J'adore l'Art moderne et ne pouvais donc pas résister à la tentation ! C'est la deuxième fois que je m'y rends et j'ai été surprise de voir qu'ils avaient renouvelé toute leur collection et quelle surprise au troisième étage !


C’est avec joie que j’ai retrouvé mon « raconteur du réel » : Etienne Davodeau. Il s’était lancé voici quelques années déjà  dans la découverte du monde rural en allant sur place faire un reportage. Une année entière passée sur le terrain pour raconter cette formidable histoire.